Guilhem Lavignotte est né en 1975. Dès l’âge de 5 ans il étudie le piano, l’orgue et la théorie musicale auprès du musicologue français Jean-Albert Villard, organiste de l’orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale de Poitiers. Après un passage auprès de Dominique Ferran au Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers, il suit en 1992 et 1993 des masters class dans le cadre de l’Académie de l’orgue de St-Dié-des-Vosge. Il s’y perfectionne auprès de plusieurs maîtres dont Harald Vogel, Jean-Pierre Leguay et Bernard Lagacé. Après l’obtention d’un  baccalauréat en sciences économiques et sociales, il poursuit ses études à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, où il obtient à l’orgue plusieurs distinctions : un diplôme d’enseignement en 1995, un diplôme supérieur (Bachelor of arts) en 1996, un Premier prix de Virtuosité avec félicitations (Master of arts) en 1998. Il obtient en 2005 un Diplôme d’Etudes Supérieures Musicales ( Master of arts) au cours duquel il reçoit un formation piano-jazz auprès de Gaspard Glauss. Il suit les cours de basse continue de Pierre-Alain Clerc au Centre de Musique Ancienne de Genève devenu Département de musique ancienne au sein de la Haute Ecole de Musique de Genève. Il est diplômé de la Haute Ecole Pédagogique de Lausanne en 2007 ( Master of arts). 

Nommé en 1995 organiste de l’église catholique St-Pierre d’Yverdon-les-Bains, il est nommé par la Municipalité d’Yverdon-les-Bains, organiste titulaire de l’orgue historique du temple en 1998. 

La même année il est nommé professeur d’orgue au Conservatoire de Musique du Nord Vaudois.

A l’origine des choix esthétiques de la restauration de 2007 de l’orgue du temple d’Yverdon-les-Bains, il choisit de conserver l’intégralité des strates de sa construction pour donner un tout cohérent : le matériel de J-A. Potier (1767), le matériel des frères Tschanun de Genève (1927) et une partie de celui de la Manufacture de Grandes Orgues de Genève (1980). Ainsi l’orgue du temple d’Yverdon-les-Bains a été conservé dans son état post-symphonique de 1927 tel que voulu par les frères Tschanun, tout en gardant certaine adjonctions  néo-classiques de la Manufacture de Grandes Orgues de Genève.    

Son activité de soliste et d’accompagnateur l’ont conduit à jouer en Suisse, en France, en Allemagne, en Belgique, en Autriche, en Italie, en Grande-Bretagne et au Liechtenstein. 

Attiré très tôt par le mariage de l’orgue avec la voix, il se consacre particulièrement aux concerts de musique sacrée : Il collabore avec divers chœurs et orchestres : avec la Chapelle Vocale de Romainmôtier, le Choeur-A-Capella, l’Ensemble Vocal Horizons,  l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’orchestre des Variations Symphoniques et dans le cadre de la Schubertiade d’Espace 2. Depuis 2004 il est le pianiste et organiste du Choeur Symphonique de l’Université Populaire de Lausanne.

Il occupe les fonction de secrétaire de l’Association des Organistes Romands section Vaud. Il est également le président et le directeur artistique de l’Association des Concerts du Temple qui organise La carte Musicale de l’Eté, festival de six concerts de musique classique au temple d’Yverdon-les-Bains en été. Il est l’un des quatre membres de la Saison musicale officielle de la Ville d’Yverdon-les-Bains ( théâtre Benno Besson). 

Aux archives musicales de la Bibliothèque Cantonale Universitaire du Canton de Vaud, il a collaboré au classement du fond Claude Yvoire ( chef d’orchestre et compositeur à Radio-Genève, 1913-1997) , au classement des fonds Clara Haskil, et à l’intégration des partitions de la fête des vignerons 1927 de Gustave Doret, dans le fonds Gustave Doret existant. (2013).     

Musicien complet, Guilhem Lavignotte est aussi carillonneur ; il est membre de la classe d’orgue du carillon de Chambéry, (le plus grand carillon d’Europe avec ses 70 cloches), dont les diplôme délivrés sont agréés par  la Fédération Musicale de Savoie et l’Université Savoie Mont Blanc. A ce titre il veille à la bonne conservation des cloches médiévales du temple d’Yverdon-les-Bains, qui de part leur historicité et leur homogénéité forment l’un des plus remarquables ensemble campanaire d’Europe. Guilhem Lavignotte est membre de de la Guilde des carillonneurs et campanologues suisses et de la Guilde des carillonneurs de France. 

Après un parcours à la faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne, il achève ses études diaconales auprès de l’Office Protestant de la Formation de la Conférence des Églises Protestantes de Suisse Romande (2007-2011). 

Guilhem Lavignotte est l’auteur de plusieurs articles dans la presse spécialisée en facture d’orgue qui concourent tous à faire reconnaître l’historicité du travail de J-A Potier et des frères Tscahnun de Genève en Suisse en vue de la sauvegarde des derniers instruments encore existant, ainsi qu’ à la défense de l’esthétique néo-classique en facture d’orgue. 

Publications : 

  • Guilhem Lavignotte, « L’orgue du temple d’Yverdon-les-Bains, 250 ans de manufacture d’orgue en Suisse romande », L’orgue francophone, no 50,‎ décembre 2014 (présentation en ligne [archive]) 
  • Guilhem Lavignotte, « L’orgue du temple d’Yverdon-les-Bains deux siècles et demi de facture en Suisse romande », La Tribune de l’orgue, vol. 52, no 4,‎ décembre 2000, p. 36 à 40 (présentation en ligne [archive]) 
  • Guilhem Lavignotte, « L’orgue du temple d’Yverdon-les-Bains », L’orgue revue indépendante, no 3,‎ septembre 20063,10. 
  • Guilhem Lavignotte, Qu’est-ce que l’interdisciplinarité ? : quelle conception les enseignants ont-ils de ce type d’approche didactique ?, Lausanne, Haute école pédagogique, 2007, 39 p. (présentation en ligne [archive]).